Le destin de Tirania repose entre vos mains. Qui serez vous?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Invité

MessageSujet: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Mer 22 Oct - 20:19


 
Dereck Terrence


 
Fiche d'identité.


 

 Nom : Wellisgton
 Prénom : Dereck Terrence
 Âge : Je suis mort à 21 ans, en tant qu'esprit je suis resté dix ans sur terre pour veiller Abigaïl, hélas elle est morte des suites de l'incendie dix après ma mort, donc technique j'ai 31 ans, mais j'en fais 21. En espérant que cela est clair.
 Race : Humain anciennement Esprit.
 Sexe/Orientation sexuelle : Masculin / Error system...crrrrrrrrr...Les femmes enfin je crois.
 Groupe : Esakam
 Pouvoir(s) : Capacité à créer du gaz inflammable pour l’enflammer ensuite et changement de pigmentation des cheveux e la peau, des yeux et de la couleur de ses vêtements.
 Arme : Ignimbritos - Click for the look owo.
 Statut : Aisé

 



Description Physique


Tu es le fou aux cheveux de neige que tous peuvent voir en levant la tête. Oui, car on ne peut pas vraiment te regarder de haut ou alors ceux qui peuvent le faire sont rares. De tes cent quatre-vingt-quinze centimètres, tu scrutes le monde avec une certaine arrogance. Tu as tellement subi le fait qu'étant enfant, tu étais assez petit que maintenant, tu profites de ta taille et de ton envergure. Tu n'as jamais eu de problème depuis ton problème de croissance avec les foules, pour atteindre des choses rangées ou accrochées en hauteur. Tu es conscient qu'elle n'a pas que des avantages surtout dans le transport en commun, mais après tout, tu sais qu'on ne peut tout avoir. De plus, qui dis grand gabarit, dis problèmes d'articulations. Tu pèses tout de même presque quatre-vingt-dix kilos et ce n'est pas rien même pour ta taille. C'est un poids plutôt normal pour ta taille, mais au départ, tu étais bien trop maigre. Bien souvent tu grimaces en prétextant un mal de crâne alors qu'en fait c'est l'une de tes articulations qui se réveille. Quand on force sur son corps au point de pousser les limites à leurs derniers retranchements, il faut s'attendre à en subir les conséquences.

Lorsqu'on te regarde il n'y a pas que ta taille, il y a également tes iris ainsi que ton visage qui attirent l'attention. L'un d'eux est bleu comme l'azur de l'océan et le second rouge comme le sang. Ils ont la particularité de changer en même temps que ta chevelure et le teint de ta peau quand tu utilises ton don. Ainsi les iris hétérochromiques deviennent noirs comme l'encre, tes cheveux blancs prennent la couleur du charbon et ta peau blanchâtre devient rosée. Tu évites un maximum de l'utiliser quand tu te trouves en compagnie d'une personne quelconque. Tu reçois déjà suffisamment de critique et de réflexion pour en rajouter par-dessus le marché. On te voit plus facilement enfin de journée que le matin. Peut-être que cela est lié aux faits que ton corps peut parfois se fatiguer rapidement ou que le soleil a tendance à te piquer les yeux surtout quand tu es au « naturel » comme tu dis si bien. Quand ces picotements t'arrivent, cela te met de mauvaises humeurs ou te rend du moins assez tendu. Tu te frottes alors les yeux pendant de longues minutes en maugréant le ciel, tes yeux eux même ou même le voisin si tu le peux. Ce n'est pas ton point faible, ton talon d'Achille et bien heureusement. Ils sont après tout l'un de tes meilleurs moyens pour que l'on te remarque. Souvent, on s'intéresse à leur couleur, on en est curieux alors on s'approche de toi. Tu ne fais rien au final, tu ne parles pas, ne bouge pas d'un cil. Ce sont les gens qui viennent le plus souvent vers toi et non l'inverse. Sous ces derniers se trouve un nez fin dont la forme ne t'a jamais valu de critique stupide. Il est simple, ni trop pointu, ni en pomme de terre comme on dit vulgairement. Il possède toujours son odorat de ton jeune âge et n'a pas vraiment changer depuis. Après tout, quand tu te battais, tu avais le réflexe de lui éviter de recevoir mille et un heurts. Tu as pris des coups, ton menton, tes joues et un de tes sourcils en sont la preuve, mais pas ton nez. Lui est resté comme tel depuis le début de ton existence, indemne et net.

Vint ensuite ta bouche fine et comportant toutes tes dents. Bien souvent, elle est couverte d'une sorte de masque, en cuir. Il donne plus l'impression aux gens qui te voient l'arborer qu'il s'agit d'une muselière que d'un simple masque. Du fait que tu le portes régulièrement et surtout du fait de son motif les gens se fourvoient fréquemment. Il comporte un motif similaire à une dentition humaine, sauf que tu n'as jamais précisé à qui que ce soit que tu peux y passer à travers ta langue. Oui, c'est une chose assez étrange voir tordue pour un bon nombre de personnes, mais pour toi cela est tout à fait normal. Aussi anodin que le soleil dans le ciel ou la politesse que l'on doit adresser à ses ainés par exemple. En tout cas, aux rares occasions où tu ne portes pas ton masque denté, tu laisses voir ton sourire, le véritable et non celui encré sur du cuir et cachant ta bouche. Celle qui exprime ta joie, ton mécontentement, tes douleurs ou encore ta fatigue, mais qui délivre aussi des piques. Oui, car tu es loin d'être si inoffensif alors tu l'utilises pour répliquer aux remarques désobligeantes. Montrer à ton interlocuteur que face à lui, il n'y a pas qu'un jeune homme aux yeux rouge et bleu ou encore aux cheveux blanc comme la cendre éteinte. Il y a une véritable personne capable comme tout un chacun de répondre quand on le blesse, l'importune ou lui marche sur les pieds.

Pour poursuivre, on trouve  en descendant, ton cou. Il n'est pas identique à celui d'un haltérophile ou encore d'un taureau enragé. Soit il est musclé, mais pas au point de t'empêcher de revêtir tout ce qui pourrait avoir un col assez serré ou encore d'avoir autour du cou des chaines ou pendentifs. Il est aussi pale que le reste de ton corps, comporte quelque marques, mais sans plus. Par moment, il attise l'appétit de personne qui voudrait y poser leurs lèvres pour te gouter un peu trop ou sentir ton parfum sur celui-ci. Après tout, du fait de sa couleur si étrange, il laisse planer un doute, une interrogation. Quand on l'observe longuement, on peut deviner que sa douceur n'a rien à envier à la soie ou au coton et que son blanc est à la hauteur de celui de millier de flocons échoué sur le sol en plein hiver. Par la suite, se trouve ton torse. Il est musclé dans l'ensemble que ce soit les pectoraux, les abdominaux ou même les flancs. La peau de ce dernier est plus blanche encore que tes mains ou ton visage, du fait que tu l'exposes si peu au soleil. De plus, il comporte plusieurs brûlures vestige de ta mort. Ainsi par endroit ta peau d'albâtre, est devenue rouge comme le corps d'un écorché. Ces zones ont la particularité de devenir presque aussi sombre que le charbon quand tu te changes en ton autre, toi. Toujours bien sûr dos au soleil, il en va de soi. Non pas que tu ne supportes pas ce dernier, simplement qu'il a tendance à te piquer les yeux, te donner trop chaud et te faire transpirer alors que tu détestes ça. Tu pourrais exposer ce corps sculpté au millimètre près au monde, mais même malgré ton manque de pudeur, tu gardes sur toi des vêtements. Ne nous arrêtons pas là et osons baisser encore le visage. Des hanches assez fines par rapport au reste de ton corps apparaissent alors. Tout comme ton torse, mais aussi tes mains, elles ont subi le feu mordant à une autre époque. Elles soutiennent ta masse de façon maladroite alliée à ton dos sans jamais céder. Sans elle, aucune de tes vêtements ne tiendrait sur ton corps enfin pour ce qui est de la partie basse de ce dernier bien évidemment. Soutenant donc tes jeans et autre pantalon, tu ne risqueras donc pas de finir dans une situation gênante pour quatre-vingt-quinze pour-cent des gens. Tu aimes la simplicité, alors si ton corps peut t'aider tu ne vas aucunement te plaindre de la sorte.

Nous tournons la tête à gauche puis à droite pour observer ses mains. Elles sont également des outils de mort ou de redoutables alliés. De leur paume se dégage un gaz inflammable et ce sont à leur extrémité, au bout des doigts que le feu s'allume. Un système naturel rappelant si simplement celui d'un briquet. Au point qu'on te surnommait parfois Mister Zippo. Tu ne nous bruleras sans doute pas de ton don, mais ne sous-estimais pas les flammes. Par le passé, de tes mains grandes, blanches et agiles, elles ont consumé jusqu'à la dernière parcelle de planches, une immense maison. Sans elles, bien des personnes ne seraient pas morte carbonisé devant toi et tu serais encore en vie, près de ta sœur. Elles te permettent de jouer de plusieurs instruments, de savoir écrire et dessiner sans faux pas. Cependant, en contrepartie, leur manie à se transformer en brasero sans limite est régulière et bien souvent accidentelle. Il se pourrait que si quelque chose vous arrive, que si vos cheveux prennent feu, votre fessier vous brule ou votre gilet se mette à s'enflammer, ce soit les mains de Dereck les responsables. On peut penser qu'elles ne craignent rien, qu'elles sont totalement ignifugées, sauf qu'elles subissent indirectement. Plus les flammes brulent ton épiderme plus ta peau te fait souffrir. Et tu ne parles pas d'une petite brulure passagère sous la flamme d'un briquet, non, tu nous parles d'une sensation si violente que tu serais capable de cracher ta rage et ta sensation d'immolation à travers la planète.

En dernier point sur la liste exhaustive de ton apparence, se trouvent tes vêtements. Ils jurent bien souvent avec l'époque à laquelle tu vis maintenant. Avons-nous déjà vu dans ce temps que tu penses ton passé, un autre homme que toi ? Non, surtout vêtu de la sorte. Tu jures avec le reste du monde qui t'entoure, mais pour rien au monde, tu ne changerais ta garde-robe. Tu porteras toujours des chaussures habillées, des chemises longues et bien souvent blanches ou noires surmontées d'un gilet fin en coton. Idéal pour ranger discrètement une montre à gousset et surtout paraitre tout aussi élégant que d'ordinaire. Car oui, cette tenue vestimentaire n'est pas quelque chose pour épater la galerie, pour étonner, mais plus pour rappeler que même celui qui semble être un fou allié peut savoir ce qu'est être bien vêtu. À de rares occasions, tu délaisseras l'élégance pour un tee-shirt de corps, un fin pantalon de soie et de vieilles chaussures abimées. À ces dernières, tu veux te fondre dans la masse et ne pas qu'on te dérange sous peine d'être invivable. Pas de tatouage à l'horizon ni de piercings, car après tout l'époque où tu vivais, c'était l'apparence et non le style propre qui était important. De plus, tu n'es pas assez vieux pour connaitre ces choses.

En sommes, tu es un peu le martyr joyeux, caché dans son apparence déchue de ses fonctions après sa mort et redevenu humain sans pour autant perdre tout. Elle n'est plus là pour te faire sourire si simplement, elle n'est plus là pour te guider comme la bonne étoile. Pourtant, tu affronteras tout de ta taille, de ta puissance légitime quoi qu'il puisse t'en couter. Après tout, au péril de ta vie, tu avais sauvé Abigaïl, alors pourquoi ne le referais-tu pas pour quelqu'un qui en vaut la peine ?


 
Ton Caractère


 •Joyeux. Sur ton visage blanc et plein de gaietés, on peut voir une grande joie de vivre.  Tu n'hésitais jamais à donner de ta joie de vivre, pour que sur le visage d' Abigaïl naisse le bonheur. Il est vrai qu'avec cette dernière, ce n'était pas toujours chose facile, surtout quand mademoiselle n'en faisait qu'à sa tête. Tu supportais ses caprices, tu supportais sa mauvaise humeur même si parfois, tu voulais céder. Tu voulais soupirer, grogner, et même te plaindre. Pourtant, sur ton visage d'ange un sourire restait. Pas un brin de haine, ni de rancune. Elle le mériterait, après tous les ennuis qu'elle t'a causés, mais quoi que tu te disais, le fait qu'elle soit ta sœur l'emportait. Tu étais la joie et en un sens, tu étais sa joie.

•Protecteur. Tu ne te lassais pas de devoir intervenir contre celui qui considéraient ta sœur comme une proie facile. Il la pensait faible, à fragile ,soumise à son autorité. Jusqu'à tomber sur toi. Ton regard hautain, ta grande taille, tes pics. Tu ne voulais pas être agréable, tu ne voulais pas être un ange avec eux. Tu désirais tout simplement les frapper, les insulter et leur faire bien comprendre que tu ne serais jamais loin de ta cadette. Tu ne comptais pas le nombre de fois où on avait voulu te sous-estimer. Comment oublier ceux qui avaient déchanté en terminant leurs courses, le visage à même le sol. Un homme sculpté comme toi, vif, ne pouvait pas avoir peur d'idiot comme eux. Tu n'avais jamais pratiqué quelques arts martiaux que ce soit. Tu savais te battre à l'ancienne et les sports que tu as pratiqués, avaient affiné tes sens, tes réflexes et ton adresse. Tu protégeais ta sœur et c'est tout ce qui comptait.

•Volcanique. Sous ton image de fou, tu es une lave en fusion. Tu sais être calme comme la rivière, pourtant, il arrive que cette dernière se transforme en un raz-de-marée. Ce changement soudain se lira sur ton visage d'ange ou dans tes mouvements. En colère, tu sembles beaucoup moins serein, voir enragé. Ton regard est alors noir comme l'encre et tes poings serrés au point de te former des énormes veines sur le bras. Tu ne comptes plus de fois, où dans ta colère quelqu'un avait souffert. Ces personnes ne le méritaient le plus souvent, mais cela t'a laissé quelque remords. Il t'arrivait d'être énervé sans raison valable, juste parce qu'un détail ou même un fil de ton pull te dérangeait. C'était infime, c'était idiot, mais ça te prenais la tête. Un peu comme celui qui fixait ta chère sœur Abigaïl. Que ce soit pour la blamer ou la blesser ou encore pour prendre le dessus sur cette jolie rousse. Sauf qu'aucune de ses trois propositions ne t'avait jamais fait plaisir. Te ne les laissait donc pas faire même si tu devais en arriver aux mains. Tu avais déjà défendu Abigaïl des tonnes de fois, même enragé comme elle, même en rogne, tu l'avais toujours défendu. Ta colère te servait de bouclier, mais non pas pour toi, mais pour elle. La rage dans la douceur ou l'inverse. Qui savait après tout, mis à part ta propre sœur ?

•Cultivé. Tu es un homme qui cherche la connaissance où il peut et sait la trouver. Tu aimes enrichir ce que tu sais déjà par de nombreuses anecdotes, secrets et explications en tout genre. Tu essayes au maximum d'être incollable sur bien des sujets pour ne pas subir la sensation d'être tout simplement inculte. Tu te sentirais si mal et en un sens si ridicule. Tu dévores les livres comme on dévorerait un gâteau. Toi, qui peux passer ton temps, même aux heures les plus froides les yeux rivés sur un livre. Que ce soit Goethe, Molière, mais aussi Ikkyū Sōjun, tous, ont favorisé ta culture. Ils ont fait germer en toi la curiosité, la connaissance et l'arbre de la passion littéraire. Tu ne le savais pas à l'époque, car cela n'attirait pas ton regard, mais ta sœur admirait cette science, cette fougue de la passion dans laquelle tu étais avec les livres. Elle ne te l'avouerait pas, mais tu jouais le rôle de modèle. Pourtant, même toutes ses connaissances ne t'avaient pas rendu avare, ni vantard, tu restais simple et cultivé.

•Maladroit. Rien n'est parfait dans ce bas monde et on peut dire qu'en te regardant et surtout en te voyant faire, on le comprend. Tu n'as rien de l'homme sans défaut qui fait tout parfaitement sans faire d'erreur. Tu te demandes bien souvent si tes mains ne sont pas faites en gruyère tant tu peux user de maladresse par moment. Tu peux par exemple aborder une demoiselle et lui renverser sans le vouloir ta glace sur son haut, la bousculer ou que sais-je encore. Tu ne le fais pas exprès, mais même ainsi, tu sais que tu passes pour l'homme le plus lourd du monde à tort. Tu espères que cette partie de toi sera moins présente qu'à l'accoutumer. De plus, elle n'est pas que physique puisque dans tes mots, elle se glisse également. Tu veux t'exprimer, mais au lieu d'y aller avec diplomatie comme tout un chacun ferait, tu y vas avec tes gros sabots et sans aucune finesse. Cela sera peut-être ta perte, mais après tout ta sincérité ce n'est pas nouveau alors ce côté est disons moins dérangeant.

•Triste sous son masque. Un trait de ton caractère que tu ne montreras qu'en dernier recours. Comme un moyen de prouver à ceux qui doute, que sous ce gai luron se cache quelqu'un qui ne peut ignorer quand on souffre. Tu as perdu la moitié de toi qui prêtait à la joie. Et même si tu continues de faire rire, de sourire, dans tes moments de solitude, ce sont des larmes qui perlent sur tes joues. Tu ne peux pas la faire revenir, tu ne peux plus la serrer dans tes bras et tu t'en blâmes autant que possible. Pour toi, sa mort n'est que les causes de ton irrespect envers elle, du fait de ne pas l'avoir assez protégé. Tu sais que sans toi, elle n'aurait sans doute pas survécu aussi longtemps, mais malgré tout, tu n'oublies jamais ce qu'elle a vécu par ta faute. Un jour, tu arriveras à accepter qu'elle souhaitât rester près de toi, sans jamais t'en vouloir. Qu'elle ne voyait qu'en toi un modèle, un protecteur et non une douleur. Pour l'heure, tu continues de te maudire, car tu ne peux revenir en arrière.


 
Ton histoire
Je ne vous conterais pas mon histoire en entier. Il y a bien trop de souffrance et de mort dans cette dernière. Sachez-vous qui lisez mon écrit, que je ne suis pas un ange. On m'a vu mainte fois ainsi du fait de mes cheveux, mais il n'en est rien. Je ne dirais pas que je suis l'angelot qui vous embrassera la joue et rigolera chaque jour avec vous. Ni que je serais l'homme qui vous harcèlera sans cesse tout en riant de vous vulgairement. J'ai été bon, mais il semble que même en tentant de sauver ce qui m'était cher, je n'ai fait que le tuer peu à peu. Je n'avais connu que peu de temps ma génitrice et celui qui semblait avoir le rôle de père n'en avait que l'image. Il abusait de ma sœur et me frappait plus souvent qu'il ne prenait ses responsabilités. Enfin lui comme ma belle-mère, moururent dans l'incendie que j'avais crée sous la colère en tentant de protéger ma sœur. Comment aurais pu deviner qu'en faisant cela non seulement, j'allais être un meurtrier par deux fois, mais qu'en plus, j'allais ôter, foyer, présence et dignité à la seule personne pour qui j'avais tout donné. Je n'étais plus ou en tout cas, de façon matérielle. Un sinistre fantôme qui errait sans savoir où allait avant de devoir supporter la souffrance de sa propre sœur, de son propre sang pour se blâmer de ce qu'il avait osé faire. Le pire dans tout cela ? Sa mort allait me faire revenir à la vie et m'ouvrir la porte vers ce qui semblait être un autre royaume. L'humain pyromane devant esprit avant de devoir choisir son camp. Un Esakam malgré moi en somme, pour voir si après tout ce que j'ai fait de mal, le côté sombre de ce que je suis avait un avenir ou non. Ne me sous-estimez pas, ne citais jamais Abigaïl même si j'en parle et surtout n'oubliez pas : Même la plus lourde des armures aura une faille fasse au feu qui dévore tout.
 
Description des pouvoirs


Twice face in the moon: Un don étrange et pourtant amusant pour Dereck. Il a la capacité de devenir une réplique plus sereine de lui-même pendant un certain moment. Son teint devient plus rosé, ses cheveux noirs comme l'encre et ses yeux beaucoup moins psychotiques. C'est un peu un état second dans lequel, il pourrait passer pour le jeune homme lambda qu'on croise un peu partout. C'est son moyen de camouflage si vous préférez. Depuis sa "destruction" il n'a plus la capacité de le faire aussi régulièrement qu'il le souhaite. Bien souvent pour "régénérer" son don, il doit rester une nuit entière à méditer sans bouger. Le revers de la médaille en somme. Depuis peu, il a acquis un dernier aspect dans ce don, celui de modifier dans un laps de temps qu'il ne contrôle pas,ses vêtements.

Fire Stone in my hand: Le pouvoir que possède Dereck se décompose en deux parties. Premièrement, il secrète un gaz inflammable à parti de la base de sa paume. Ce dernier peut se rependre sur un diamètre maximum d'environ deux mètres. Au-delà, il ne pourra être enflammé par le jeune, car il aura été dispersé bien avant que le contact ait pu être établit entre le feu et le gaz. Cela ne lui demande que très peu d'énergie, mais s'il devait remplir une pièce voir un bâtiment à lui seul, les répercutions serait grave. Dans un second temps, grâce à sa chevalière et à l'extrémité de ses doigts, il peut enflammer le dit gaz. Se forme alors des flammes à l'endroit où le gaz a été répandu. Ce qui veut dire, que si vous vous trouvez en dehors de la zone, il a peu de chance que vous soyez touché par les flammes. Il est vrai qu'il peut également garder le gaz dans sa main pour en faire une boule de feu, mais le plus souvent, sa taille est approximative et cela ne laisse donc pas à Dereck le temps de savoir si elle touchera ou non sa cible. Il n'a recours à cela que quand il se laisse emporter ou qu'il veut toucher quelqu'un sans choisir précisément. Alors sachez que si vous êtes touché, ce ne sera pas forcément fait exprès.

 
 
Anecdotes.

• Brule involontairement des choses avec son don
• Ne mange que des choses à basse de sucre et jette le reste.
• Préfère dire ce qu'il pense que mentir aux gens.
• Est très sensible quand on lui demande, s'il avait oui ou non de la famille ou même une sœur.
• N'a peur de rien, même pas de son ombre, mais ne se pardonnera jamais d'avoir détruit autant de vie.
• Déteste qu'on le touche sans son accord sous peine d'agressivité volontaire.
•Est en manque permanent d'Abigaïl.


Et vous ?


 Prénom/Pseudo : Skin, Mr Jack, mon ange (ça c'est privilégié pour une personne.)
 Âge : 22 années, dur dur d'être vieux.
 Passions : Ma douce (Bah quoi ?), les animés, la musique, le dessin, le chant et pleins de truc en fait owo.
 Comment avez vous découvert le forum? Camille a disons une influence si intense sur moi.
 Que pensez vous du forum ? Il envoie toujours du pâté suédois au gingembre sur le dos d'un bouc toxicomane , ça vous va comme explication ?
 Des remarques? Pingouin.


 
(c) Gnuh de Never Utopia.
 


Dernière édition par Dereck T. Welligston le Ven 30 Jan - 17:27, édité 29 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Mer 22 Oct - 23:02

Heu... welcome gens aux pensées inconnues xD bienvenue parmi nous =3
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Mer 22 Oct - 23:06

Merci ! Euh...pensées inconnues ? oo
Revenir en haut Aller en bas
avatar
démon

Messages : 90
Droks : 114
Date d'inscription : 06/03/2014
Camps : Esakam
Double-Compte : //
Age : 19

Qui suis-je?
Age :: 22 ans
Rang :: Bâtarde d'Estelan et professeur de Littérature (remplaçante)
INVENTAIRE ::

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Ven 24 Oct - 11:52

Biviviiiienvenue ! *oui je ne sais plus écrire*
Bon courage pour la chuite !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Mer 29 Oct - 21:23

Merci en retard Louna et je vous annonce que ma fiche est....TERMINÉE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
vampire

Messages : 265
Droks : 462
Date d'inscription : 02/03/2014
Camps : Dyamar
Double-Compte : Dorian et Aheshke sont skyzophrène avec moi
Age : 20

Qui suis-je?
Age ::
Rang ::
INVENTAIRE ::

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Mer 29 Oct - 22:34





Bienvenue dans la bataille!





Maintenant que tu es validé, je t'invite à venir te faire un journal ici où tu pourras répertorié les liens que tu as avec les autres personnages, tes rp's en cours ect...
Tu peux aussi aller faire des demandes de rp's la
Comme tu pourras le voir, nous somme en plein dans la préparation de l’événement donc vient t'inscrire par ici
Et puis, n'hésite pas à venir jouer avec nous et tout par la!

Bon jeu parmi nous, et que Dyvtale veille sur toi!




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dyvtalnia-academy.forumactif.org
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Jeu 30 Oct - 22:14

Danke mam'zelle princesse!
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Sam 1 Nov - 5:32

Welcome on board passenger ! You can now remove your seatbelt and start your adventure in Dyvtal.../PAN/ Hum hum ~ Plus sérieusement, Bienvenue à toué ~ Au plaisir de pouvoir rp avec toi c:
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%] Sam 1 Nov - 16:10

Merci Cirth de cette accueil et joli consigne de sécurité, une elfe hôtesse de l'air x)
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%]

Revenir en haut Aller en bas

Suis encore l'ombre de moi même, ou simplement un mort vivant ?[100%]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Je suis l'ombre qui hante tes nuits [Livre 1 - Terminé]
» Dans les ténèbres je suis née, mais pourtant c'est dans la lumière que je vie. Alors c'est que je suis une ombre! [FINI!]
» Quid des MMORPG ?
» Je suis dans un autre monde que le tien, mais la mort nous séparera jamais | PV : Libre & Harfy ♥
» Noob, je suis un noooob!
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dyvtalnia Academy ::  :: Présentations :: Présentations Abandonnées-