Le destin de Tirania repose entre vos mains. Qui serez vous?
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

/!\ Caractère Choquant /!\[Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
vampire

Messages : 155
Droks : 200
Date d'inscription : 16/03/2014
Camps : Esakam
Double-Compte : Talijalan et Aheshke

Qui suis-je?
Age :: 28 ans
Rang :: Batard de Estelan, professeur de Litterature
INVENTAIRE ::

MessageSujet: /! Caractère Choquant /![Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours Mer 9 Juil - 0:07







A la fin du cours

Feat. Cirth Lovnguard








Allez Dorian. C'est ta dernière heure de la mâtiné. Apres tu pourras aller manger. Voici les paroles que se répétait le professeur de littérature alors qu'il faisait cours aux élèves chevaliers. Que dire de cette classe? C'est simple, c'était binaire. D'un coté les bon élèves et de l'autre les mauvais élèves qui en avaient rien à ciré de son cours. Quel bande de petits ingrats et dire qu'il passait ses soirées à préparer ses cours alors qu'il pourrait faire autre chose, genre se livré à quelques séances d'onanisme? Oui bon ça va hein, je vous vois venir ! Faut le comprendre un peux ! Une semaine avec pratiquement une ceinture de chasté pour un homme tel que lui, c'est pas la joie.

Le jeune homme seccoua la tête pour chasser ses idées de la tête. Les élèves travaillaient en groupe sur l’œuvre qu'ils étudiaient alors il se permit de regarder les jeunes filles de la classe.  Aucune ne lui céderait dans cette classe. Dorian feuilleta son livre tout en examinant chacune des jeunes filles, mais il fut bien vite interrompu par la main d'un élève.

-Monsieur ! Qu'es ce que veux dire le mot Onanisme?
-Je doute que cela soit dans le texte mon cher.
-Non, mais c'est Cirth qui veux savoir!

Je regarda le jeune homme puis la jeune fille nommée Cirth. Cirth. Le professeur voulut se baffer pour ne pas l'avoir remarquer plus tôt. Bon sang mais comment avait il fait pour ne pas la remarquer? Ah oui, elle était dans le fond de la classe, le genre d'endroit où Dorian ne posait jamais les yeux car les élèves qui s'y trouvait n'en valait pas la peine. Un étrange sourire se dessina sur ses lèvres.

-Mademoiselle Cirth, venez me voir à la fin du cours.

Sans rajouter un mot, le professeur retourna à la lecture de son ouvrage jusqu'à l'heure ou la cloche sonna. Dorian ferma alors son livre et son regard bleu se balada sur l'ensemble de la classe tandis qu'il dictait les devoirs à faire pour le prochain cours avant que les élèves ne quittent la salle. Un sourire satisfait se dessina sur ses lèvres quand l'avant dernier ferma la porte derrière lui et laissa Dorian et Cirth seuls.

Assit sur son bureau, le professeur regarda la demoiselle en face de lui et esseya de ne pas faire dérivé son regard trop bas. Il decendit alors de son bureau et s'approcha d'elle.

-Mademoiselle Cirth Lövnguard, une élève bien silencieuse et discrete qui demande ce que veux dire le mot onanisme? Je suis surpris que tu ne saches pas la definition d'un tel mot!

Un petit rire passa entre ses lèvres puis lui souria.

-Cela fait un long moment que nous nous sommes pas vu ma douce.





©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

MessageSujet: Re: /!\ Caractère Choquant /!\[Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours Mer 9 Juil - 20:24


La fin du cours
Cirth & Dorian


Cette dernière heure de cours commençait déjà à devenir interminable, ce n’était sans doute qu’une simple impression mais c’était assez pour que les élèves soupirent ou prennent la peine de tenter une vieille esquive pour cacher leurs bâillements.  Certains le faisaient par ennui, d’autres par fatigue. Beaucoup diront que c’est normal, la classe des chevaliers contient essentiellement des gros bras,  qui savent plus taper sur tout ce qui bouge au lieu de se poser et réfléchir. D’un côté ils n’avaient pas tort,  les guerriers sont des personnages d’action qui préfèrent d’abord agir plutôt que penser mais il y a toujours quelques exceptions qu’il est seulement possible de retrouver dans la gente féminine.  Un gargouillement se fit légèrement entendre. Dans le cas de Cirth, c’était parce qu’elle avait tout simplement faim et qui lui était impossible de pouvoir se concentrer dans un tel état. Elle posa la main contre son estomac qui la tiraillait, dans l’espoir que ça pourrait  le calmer ne serait-ce que quelques secondes.  Ne pas penser à la nourriture, ne pas penser à la nourriture. Ses doigts exercèrent à nouveau une petite pression sur son ventre tandis qu’un soupir lui échappa. Les camarades qui travaillaient avec elle sur le l’œuvre littéraire semblaient tout autant partager la même peine qu’elle mais avec la lassitude de l’exercice. En même qui a envie de bosser une heure avant de manger ? Un de ses camarade lui secoua doucement l’épaule pour la faire revenir à la triste réalité qu’était ce cours, il n’était pourtant pas dans son groupe d’étude. Il était si désespéré que ça pour faire appel à elle ?

« Cirth, tu comprends quelque chose à ce que l’auteur raconte ? Parce que moi, là, je sèche.

- Mais j’en sais rien, t’as qu’à faire tourner  le peu de méninge qu’il te reste. »

Un autre souci se poser pour ce jeune homme qui avait gentiment quémandé son aide, c’est que l’humeur de Cirth est lié à son estomac or il était vide donc elle n’était en ce moment même, pas la personne la plus sympathique qu’il soit. Pauvre de lui, s’il savait à quel point elle n’était pas dans l’état de la jeune fille qui bosse pour réussir. Elle leva les yeux vers lui, l’épuisement moral complètement visible dans la lueur de son regard mais aussi par les cernes qui privait son visage de la fraîcheur de la jeunesse. Elle stoppa le contact entre sa main et son ventre, le geste était maintenant plus qu’inutile et son ventre ne s’arrêtera pas de gronder tant qu’il n’y aura pas un semblant de nourriture qui lui sera donné.  Qu’est-ce qu’il est dur de se concentrer quand le deuxième cerveau refuse de marcher correctement. Dans un ultime effort, la jeune femme se remit à lire l’ouvrage, intimant aux membres de son groupe d’écrire les mots de vocabulaire qu’ils ne comprenaient pas dans un coin de la feuille, de sorte qu’ils puissent à la fin du cours se renseigner auprès des encyclopédies de la bibliothèque. Son regard buta soudainement sur un mot, qu’elle lu de la mauvaise manière et qu’elle eut le malheur de répéter tout bas. Onanisme ? Celui qui lui avait demandé de l’aide l’ayant entendu, sourit. Une opportunité de pour pouvoir se venger du sarcasme qu’il avait subi. Il leva la main,  demandant la définition du mot mal lu de la chevalière.

-Monsieur ! Qu'est-ce que veut dire le mot Onanisme?
-Je doute que cela soit dans le texte mon cher.
-Non, mais c'est Cirth qui veut savoir!

C’est une blague ? De quoi se mêlait-il ? Elle n’avait jamais dit qu’elle ne connaissait pas la signification de ce mot, elle devait même être celle qui était la mieux placée pour le savoir étant donné son passé. Son visage se figea dans une expression qui démontrait son étonnement vis-à-vis des paroles du  jeune homme, tandis que ses joues prenaient une teinte pourpre. Elle sentait tous les regards de la classe se dirigeaient vers elle, qui avait pris la place du fond justement pour les éviter le plus possible. Apparemment aujourd’hui c’était son jour de chance, tant d’attention rien que pour elle comme si elle n’en avait jamais rêvé.  Parfaitement ironique, n’est-ce pas ? La seule chose qu’elle avait envie de faire pour l’instant, était de se terrer dans un trou au plus profond et de ne jamais en sortir tant que personne n’aura oublié ce fâcheux malentendu.

« Hein ?! Euh… N-non ! J-j’ai rien demandé ! »

-Mademoiselle Cirth, venez me voir à la fin du cours.

Un  long soupir agacé s’échappa de ses lèvres entrouvertes. Sérieusement, le type qui venait de lui faire ce sale coup allait morfler à la sortie des cours dés qu’elle en aura fini avec ce prof. D’ailleurs… En parlant de lui, sa voix lui semblait clairement familière, elle l’avait déjà entendu autre part qu’en cours voire même bien avant qu’elle vienne dans cette académie. La jeune femme releva ses deux billes bleues pâles qu’elle avait baissées avec la gêne, scrutant le professeur, perplexe. Ce visage… Elle le connaissait depuis bien plus longtemps qu’elle pouvait le penser. Puis ça lui est apparu comme un choc. Comment n’avait-elle jamais fait le lien ? Un professeur à l’allure dangereusement élégante avec ses cheveux noirs ébouriffés qui délimitent un visage qui a la pâleur de la mort, le nom de famille « Gray ». Dorian ? Son visage perdit soudainement de sa couleur, lui donnant un teint blême. Etait-ce vraiment possible qu’il soit dans cet endroit en tant qu’enseignant ?  Plein de question la taraudaient face à cette découverte des plus déconcertantes. Se souvenait-il encore d’elle ? Ce serait assez étonnant, cet homme devait avoir un trop bon nombre de femmes avec qui il a couché pour avoir le moindre souvenir d’elle. Ce serait sans doute un soulagement d’ailleurs.

Le son de la cloche résonnait comme l’instant de délivrance dans les oreilles de Cirth, jusqu’à ce qu’elle se rappelle qu’elle doit aller voir le professeur de littérature. Rester seule avec ce personnage dans cette salle n’était pas la chose la plus rassurante qui puisse lui être donné. Son regard suivait les élèves qui quittaient la salle pour partir manger. Les chanceux… Son seul espoir était qu’il n’ait aucune remarque à faire sur cette question au risque de lui prendre trente minutes de repas en moins. A nouveau son regard se posa sur l’homme qui était encore assis à son bureau, son sourire satisfait en disait long lorsque le dernier élève était sorti. Il l’avait donc bien compris qui elle était.  Misère… Elle tenta de prendre un air indifférent, rangeant le livre et ses cahiers dans son sac à bandoulière en cuir. Ignorer cet homme est sans doute la meilleure chose à faire mais ses yeux ne pouvaient s’empêcher de surveiller ses moindres mouvements jusqu’à ce qu’il se retrouve complètement face à elle.

-Mademoiselle Cirth Lövnguard, une élève bien silencieuse et discrète qui demande ce que veux dire le mot onanisme? Je suis surpris que tu ne saches pas la définition d'un tel mot!

Mmh… Le fait qu’il la tutoie confirmait sa crainte qui n’était que suggestive au début mais qui s'avérait être véridique au final. Il l’avait vraiment reconnue. Si c’est ainsi alors l’heure de la politesse et de la courtoisie venait tout juste de cesser. Le jeu du chat et de la souris commençait et elle ne comptait pas perdre face à lui. Entrelaçant ses doigts, elle posa ses coudes sur la table pour ensuite reposer son menton contre la petite plateforme qu’elle avait formé en liant ses mains,  toisant son ancien client du coin de l’œil avec un léger sourire au bord des lèvres, qui se voulait provocateur.

« Monsieur Dorian Gray, pas que je ne connaisse pas ce mot mais sans doute contrairement à toi j’ai rarement eut à l’employer que ce soit dans une phrase ou dans un acte donc il m’arrive d’en oublier le sens.»

Elle rentrait petit à petit dans son jeu, c’était sûr qu’il ne l’avait pas gardé seulement pour une raison aussi banal que la définition d’onanisme mais après pourquoi exactement, là était la question.

-Cela fait un long moment que nous nous sommes pas vu ma douce.

La jeune femme arqua un sourcil en entendant le surnom qu’il lui donnait. Ma douce ? Un petit sourire en coin, faux, vint se loger sur ses lèvres qui s’entrouvraient au fur et à mesure afin de laisser échapper un rire jaune.

« Ma douce ? Dorian ça ne sert à rien de me donner ce genre de surnom, ça ne va pas m’adoucir à ton sujet.»



fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas
avatar
vampire

Messages : 155
Droks : 200
Date d'inscription : 16/03/2014
Camps : Esakam
Double-Compte : Talijalan et Aheshke

Qui suis-je?
Age :: 28 ans
Rang :: Batard de Estelan, professeur de Litterature
INVENTAIRE ::

MessageSujet: Re: /!\ Caractère Choquant /!\[Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours Jeu 14 Aoû - 18:38







A la fin du cours

Feat. Cirth Lovnguard








« Monsieur Dorian Gray, pas que je ne connaisse pas ce mot mais sans doute contrairement à toi j’ai rarement eut à l’employer que ce soit dans une phrase ou dans un acte donc il m’arrive d’en oublier le sens.»

Un fin rire fit office de réponse. Elle n'avait clairement pas changer quoi qu'elle semblait plus forte qu'avant. Mais cela ne faisait rien, au contraire cela ne serait que d'avantage amusant. Grand dieu que c'était ennuyant une jeune fille qui ne montrait même pas un minimum de résistance. Bien qu'avec Cirth, cela n'avait jamais été bien ennuyant, au contraire.

« Ma douce ? Dorian ça ne sert à rien de me donner ce genre de surnom, ça ne va pas m’adoucir à ton sujet.»

Le professeur de littérature haussa un sourcil mis amusé. Quel ironie. Lui qui avait sans doute le client le moins odieux de la demoiselle. C'était a mourir de rire, si il avait su qu'elle lui parlerait comme ça plus tard il ne se serait pas montrer aussi gentil et en aurait plus amplement profiter. Il passa une main sur son menton et afficha une mine faussement deçu.

-Je n'ai jamais été odieux avec toi, tu es bien effrontée de me dire cela! Si j'avais su que plus tard tu agirais ainsi, je n'aurais pas débourser autant d'argent pour ta personne.

Il haussa les épaules puis retourna à son bureau pour ranger le reste de ses affaires qui traînait dont ses piles de livres qui trônait dans les coins de son bureau. Dorian resta silencieux durant son micro temps de rangement pour laisser le bureau vide enfin presque car il n'arrivait pas à caser certains livres dans les tiroirs. Le bel hybride se retourna alors et s'approcha de nouveau de la demoiselle.

-Moi qui croyait que tu preferais les clients qui prenaient soin de toi et qui ne se contentait pas seulement de satisfaire ses desirs. Tu preferais donc ses ivrognes dénué de toute intelligence et de délicatesse?

Il caressa la joue de Cirth tout en la regardant d'une manière indéchiffrable.

-Je pourrais etre véxé.


©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

MessageSujet: Re: /!\ Caractère Choquant /!\[Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours Ven 5 Sep - 19:20


A la fin du cours
Doran & Cirth


Le rire de Dorian résonnait dans les oreilles de la jeune hybride comme une sorte de signal d’alarme, lui intimant de quitter la pièce par tous les moyens possibles aussi farfelus soient-ils. Un frisson lui chatouilla la nuque, pendant qu’elle continuait de scruter le visage de l’homme, le détaillant comme l’avait toujours fait, il fut un temps. Il n’avait vraiment pas changé, possédant toujours ce charme qui avait rendu plus de la moitié des prostituées folles de lui. En même temps quelle femme renoncerait à une nuit d’amour avec un minois pareil ? Aucune bien évidemment. Ce petit sourire qu’il avait à chaque fois quand il venait, cet air de vrai mâle dominant qu’il émanait mais avec une classe et une élégance qui le rendait différent des autres hommes qui passaient leurs soirées dans le bordel. L’ancienne putain se souvenait comme si c’était hier des fois où le ténébreux professeur de littérature venait rendre visite aux femmes du bobinard et donc par la même occasion de la première fois où elle lui a été présentée, comme la nouvelle marchandise d’un soir qu’on considère comme de la première qualité. Une jeune de dix-sept ou dix-huit ans, fraîche, enveloppée dans une fine toile de soie dont on pouvait parfaitement deviner la nudité par la demie-transparence du tissu, en plus une métisse elfe sachant que les femmes elfique étaient considérées comme les plus rares sur le marché de la prostitution étant donné leur haut rang et leur dignité. Elles ne souhaitaient pas souiller leur corps avec des hommes de bas quartier ou même avoir une réputation qui pourrait les nuire. Donc par chance seulement réservé aux hommes de classe moyenne allant jusqu’aux haut classés bien que parfois la plupart des types se saoulaient et ne faisaient que profiter de son corps pour leurs besoins personnels sans lui donner la moindre once de plaisir. A cette période ses cheveux avaient encore leur forme commune, c'est-à-dire sans qu’une partie de ne soit coupée, le temps où ils avaient toute leur longueur.

-Je n'ai jamais été odieux avec toi, tu es bien effrontée de me dire cela! Si j'avais su que plus tard tu agirais ainsi, je n'aurais pas déboursé autant d'argent pour ta personne.

Sur ce point, elle devait avouer qu’il n’avait pas tort mais ça lui aurait causé un peu trop de plaisir qu’elle l’avoue ainsi comme si elle en assumait pleinement les conséquences. Sa réaction était bien trop comique pour qu’elle puisse se permettre de lui montrer une parcelle de reconnaissance, au contraire ses paroles n’avaient pour impact que de lui arracher un bref sourire amusé. L’impression d’avoir touché à un point sensible de l’impénétrable Monsieur Gray était quelque chose d’exceptionnelle bien qu’étrange. Elle se serait tout de même attendue à une réplique un peu plus cinglante de la part de Dorian afin de voir qui au final aurait pu avoir le dernier mot étant donné leur obstination. Entre temps lorsqu’il était retourné à son bureau la jeune femme en profita pour se déplacer de sa table pour ensuite se retrouver appuyée contre le rebord du pupitre, abandonnant son sac à bandoulière sur la chaise juste à côté.

-Moi qui croyais que tu préférais les clients qui prenaient soin de toi et qui ne se contentaient pas seulement de satisfaire leurs désirs. Tu préférais donc ces ivrognes dénués de toute intelligence et de délicatesse?

C’était fou comment ses paroles étaient ironiques. Certes Dorian avait eut le mérite d’être le seul homme à lui avoir fait découvrir les réels plaisirs charnels mais il ne devait pas oublier avant tout que c’était bien pour satisfaire ses envies à lui qu’il venait coucher au bordel. Cirth claqua sa langue contre son palais avant de détourner le regard comme agacée de revenir sur un sujet qu’elle essayait en vain d’éviter mais malheureusement la plupart de ses anciens clients arrivaient très bien voire trop bien à la reconnaitre dans les rues, lui causant des ennuies en masse car oui, quand la protection des gardiens de bordel n’est plus d’actualité un grand nombres d’hommes qui n’avaient jamais pu profiter du corps des « marchandises » de qualités se jettent dessus sans vergogne.

-Je pourrais être vexé.

C’était étrange de sentir à nouveau la texture douce de la main de Dorian contre sa joue, provoquant ainsi une armada de frissons révulsifs mais à la fois agréables. Le mot torture lui vint à l’esprit. C’était l’une des qualifications qu’elle pouvait maintenant donner aux contacts physiques avec les hommes car ils lui semblaient autant désirables que répugnants. Et c’était bien ça le problème. Elle connaissait déjà la douceur d’une caresse, les frissons qui attaquent chaque partie de son corps provoquant en elle le plaisir de la chair dont elle se prive depuis maintenant 1 an voire plus.

« Tu sais très bien ce que je pense d’eux, Dorian… Elle fit une pause avant de reprendre, lui jetant un regard beaucoup plus glacial qu’il y a quelques minutes. Et puis ne fais pas semblant de te soucier de mon cas, tu es celui qui a disparu après t’être finalement lassé, me laissant donc avec ces ivrognes comme tu dis. »

Elle écarta la main de Dorian d’un revers méprisant. Céder au professeur de littérature serait faible de sa part, certes ils ont été liés par le passé mais comme tout être normal, elle voulait oublier les mauvais souvenirs. Or il ne faisait que les lui rappeler. Cependant ce n’était pas la seule raison pour laquelle elle jouait l’arrogante avec lui. Non se serait trop facile de l’agacer de cette manière. Dire qu’il pourrait être blessé du fait qu’elle préfère des ivrognes était bien trop cocasse. Il se permettait d’adopter ce genre de comportement alors que lui, du jour au lendemain a disparu de la clientèle du bordel et donc l’a privée du seul plaisir qu’elle avait dans ce terrible métier. Et non seulement elle avait subi cette privation mais en plus, son patron avait bien cru que c’était de sa faute à elle s’il avait perdu un client fréquent et la sentence fut bien la plus horrible qu’elle ait pu avoir depuis le temps qu’elle était ici.

« Vexé ? C’est moi qui devrais l’être avec tout ce qui s’est passé suite à ton départ soudain. »

Suite à ses paroles la jeune se redressa doucement, levant un regard félin vers son ex-client tandis qu’elle raccourcissait la distance qu’il y avait entre leur deux corps. Ses bras se croisèrent sous sa poitrine, tandis que la lueur féline qui brillait au creux de ses prunelles laissa venir à ses côté une autre lueur plus interrogatrice.

« Plus sérieusement Dorian… Qu’est-ce que tu veux ? Je sais bien que tu ne m’as pas retenue seulement pour me faire une remarque sur mon manque de vocabulaire. »

Une partie d’elle connaissait déjà la réponse bien qu’elle ne voulait pas se l’avouer. Ou peut-être tout simplement l’accepter. C’est sans aucun doute quelque chose de difficile de se retrouver face à un évènement majeur de son passé et qui non seulement d’être important, était le plus agréable qu’elle pouvait avoir. Triste vérité.


fiche de © century sex

Revenir en haut Aller en bas
avatar
vampire

Messages : 155
Droks : 200
Date d'inscription : 16/03/2014
Camps : Esakam
Double-Compte : Talijalan et Aheshke

Qui suis-je?
Age :: 28 ans
Rang :: Batard de Estelan, professeur de Litterature
INVENTAIRE ::

MessageSujet: Re: /!\ Caractère Choquant /!\[Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours Dim 12 Oct - 15:20







A la fin du cours

Feat. Cirth Lovnguard








Le jeune professeur ne répondit aucunement à la semie-elfe. Il n'y avait simplement rien a répondre pour le moment. Il n'était pas faux que c'était lui qui l'avait abandonné en arrêtant de venir du jours au lendemain, mais il n'avait pas de compte à lui rendre, il avait été déjà bien généreux avec cette petite créature faible à qui la vie n'avait pas souris alors qu'elle aurait du. Oui car si Dorian c'était attardé sur le cas de cette jeune fille au cheveux rose pales, c'était car il avait senti chez elle une espèce de grâce naturelle et une force que si elle était exploité pouvait faire des miracles. Cependant ce n'était pas à lui de jouer se rôle dans sa vie, il l'avait donc laissé mais pour mieux la retrouvé plus tard et la faire basculer de son coté.

Tout était prévu dans sa tête, c'était un homme fin et calculateur. Il aimait la perfection et savait exactement ce qu'il voulait. Aussi bon que méchant, aussi détestable qu’appréciable en ses bons moments et aussi mystérieux que le sens de la vie, Dorian se trouvait constamment entre la frontière du bien et du mal, bien que servant ses propres intérêts. Si beaucoup vous dirons qu'il est le mal incarné, peut être que oui, mais il peut être aussi le bien incarné quand cela est utile à sa propre personne.

« Plus sérieusement Dorian… Qu’est-ce que tu veux ? Je sais bien que tu ne m’as pas retenue seulement pour me faire une remarque sur mon manque de vocabulaire. »

Nous y voilà donc. Quelles étaient les intentions du ténébreux professeur à l’égard de la jeune femme. Si nombreuses, si détestables, mais certaines étaient si agréable... Elle n'était pas sotte, elle savait pertinemment ce qu'il voulait, elle était juste trop borné pour le reconnaître et se l'avouer. Il réduisit la distante entre son corps diablement beau et le sien qui était frêle mais délicieusement attirant.

-Je crois... que tu le sais déjà ma douce
, répondit Dorian de sa voix grave, tentatrice et suave.

Sans ajoutez d'autres paroles, le batard d'Estelan laissa une de ses mains caresser la joue de le demoiselle avant qu'elle n'aille effleurer sa nuque, son bras pour finir le long de ses courbes. Ses lèvres gourmandes vinrent se poser pres de la jugulaire de la demoiselle ou chaque battement de son cœur réveillait chacun des sens sauvage du professeur de littérature. Toute cela était si indécent mais en même temps si excitant...




©Codage by Mr. Chaotik from Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Invité

MessageSujet: Re: /!\ Caractère Choquant /!\[Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours Jeu 15 Jan - 15:19


A la fin du cours
Dorian & Cirth


Pendant quelques minutes Dorian était resté silencieux à tout ce qu’elle venait de lui dire. Elle se souvenait de situations similaires avec lui, quand il venait se poser dans le bordel, discuter avec le patron ou prendre du bon temps. Il restait silencieux après des paroles pouvant être intrigantes ou parfois quand deux autres discutaient entre eux. C’était dans ce genre de moment, qu’elle se demandait qu’est-ce qui pouvait bien se passer dans la tête de l’homme. Depuis qu’elle le connaissait, il y avait toujours un mystère palpable qui l’enveloppait. Quelque chose qui pouvait autant être sombre que joyeux. Mais c’était justement cette ombre sur lui qui le rendait aussi attrayant aux yeux des femmes, si l’on mettait à part son physique. Les yeux pâles de Cirth restèrent accrochés à ceux de Dorian, s’obstinant à vouloir déceler dans une lueur, quelque chose, un indice sur les choses qu’il prévoyait. Et c’est là, qu’en même temps que les paroles qui suivirent, qu’une flamme embrasa le regard du professeur de littérature. Un regard qu’elle avait déjà vu.

-Je crois... que tu le sais déjà ma douce

La semi elfe eut un violent mouvement de recul. Oui, elle le savait mais non, elle ne le pensait pas capable de mettre cette idée à exécution. Leur corps était trop proche à présent, et l’envie de fuir était maintenant devenue impérative. Le contact entre la main de Dorian et la peau de sa joue fut le dernier avertissement. Elle voulut se retourner, prendre n’importe quoi dans son sac voire même le sac lui-même pour écarter le ténébreux. Mais la main qui s’arrêta sur la courbe de ses hanches et qui resserra son corps contre le sien lui indiquait clairement que toutes tentatives pour l’instant étaient vaines. Dés qu’elle sut l’identité du professeur de littérature, elle avait compris quelle tournure allait prendre cette rencontre. C’était plus qu’évident. Les mains de la jeune femme vinrent s’appuyer contre son torse.  Malgré le tissu qui recouvrait chaque parcelle de son corps, elle arrivait à redécouvrir la forme de ses muscles, la chaleur enivrante et rassurante qui en dégageait. Ce simple contact déverrouilla les souvenirs qu’elle se forçait à terrer, de la première fois où son corps s’était uni à celui de cet homme, de ce qu’elle avait ressenti, des premiers gémissements de plaisirs qui s’étaient échappés de ses lèvres. Cirth frissonna d’horreur. Elle ne devait pas. La sensation des lèvres de Dorian contre son cou fut comme si l’on passait un morceau de métal chaud sur sa peau. Son touché la brûlait, la rendait vulnérable, en proie à des envies éteintes. Un soupir aise se glissa hors de sa bouche. Il était autant une malédiction qu’une bénédiction.  Pourquoi fallait-il qu’il soit sa perte ? Elle le détestait de tout son être pour l’avoir abandonnée,  pour l’avoir utilisée comme tous ceux qui l’avaient fait avant, pour son indécence et pourtant c’est à lui qu’elle devait beaucoup. Un éclair traversa le cyan de ses yeux. Elle était entrain de se perdre. Il réveillait trop de chose en elle. Dorian était bien plus fort qu’elle en ce qui concernait la force physique, le repousser serait aussi efficace que s’acharner sur la muraille du Cair Akellan, mais se repousser elle serait plus simple. Une main contre le torse de celui-ci lui permit de prendre un peu d’appui, dégageant un peu plus son corps de celui du brun et grâce à sa légère cambrure, elle put reculer davantage son buste. Son cou lui, s’arquait comme pour s’échapper à la braise de ses lèvres en même temps qu’elle déposait délicatement ses doigts contre celles-ci. Ses paupières se rabattaient sur la moitié de ses yeux en même temps que les commissures de sa bouche s’étirèrent en un fin sourire. Cirth laissa glisser ces quelques mots, la voix basse, le ton mielleux et chaste dont le but était de caresser le vampire dans le sens du poil afin de le convaincre d’une certaine manière d’oublier son idée aussi. Elle ne devait pas lui céder.

« Tu tombes très mal, mon sombre Dorian. Je ne travaille plus dans ce domaine depuis un certain temps maintenant. »
fiche de © century sex



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: /!\ Caractère Choquant /!\[Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours

Revenir en haut Aller en bas

/!\ Caractère Choquant /!\[Cirth Lovnguard] Venez me voir à la fin du cours

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Dispo new Jersey (venez me voir sur msn caron554@hotmail.com) on peut parler trade pour n'importe quel joueur (sauf Kovalchuk)
» Une bonne équipe sur Saphir Alpha ? Venez la voir et commenter !
» Veut voir Abdel mais tomber sur Nirina (Pv elle)
» Lord Voldemort [Une vraie présentation en cours]
» site pas mal pour voir des films en direct ^^
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dyvtalnia Academy ::  :: Dyvtalnia Academy :: Bâtiment principal :: Salles de cours-